• Bienvenue

    Au cabinet de naturopathie

    de José JEANBLANC
  • José JEANBLANC
    Consultations en naturopathie et
    formations professionnelles

Formation en naturopathie : la lymphe, une grande oubliée

 

Ce « sang blanc » comme l’appelaient les anciens naturopathes, assure des fonctions essentielles pour notre santé globale. Elle est au cœur de la purification de notre organisme.

Elle sert de transport pour des éléments nutritifs indispensables et occupe un rôle clé dans la défense de notre organisme.

Le système lymphatique est réellement bien connu que depuis la récente découverte des marqueurs moléculaires spécifiques à ce réseau qui date de la fin du XXème siècle.

Tout le monde connaît le sang, la circulation sanguine et bien évidemment la pompe cardiaque. Mais combien d’entre vous se sont déjà penchés sur ce merveilleux réseau lymphatique qui irrigue tous les tissus, ce liquide légèrement jaunâtre tout à la fois nourricier et draineur que l’on nomme la lymphe.

Parallèle à la circulation sanguine, le système lymphatique est un réseau de conduits très fins qui se déploie dans presque tout le corps. Ses organes, la moelle osseuse et le thymus, sont à l’origine de la production d’un de ses composés, les lymphocytes appartenant aux globules blancs du système immunitaire.

D’autres organes viennent les seconder dans ce rôle immunitaire, ce sont les ganglions lymphatiques et la rate.

Les 1,5 à 2 litres de lymphe qui circulent dans le réseau lymphatique possèdent une composition similaire au plasma sanguin sans les globules rouges.

Une des particularités de ce réseau, qui la différencie de la circulation sanguine, est qu’elle ne possède pas de pompes comme le cœur. De fait, sa circulation est très lente. En effet, il lui faut près de 24 heures pour parcourir l’ensemble du corps.

Son mouvement est conditionné par les mouvements du corps et la contraction des muscles.

 

La lymphe, une grande oubliée

Origine et rôle de la lymphe

La transsudation du contenu (passage des liquides) des capillaires produit le liquide interstitiel dans lequel baignent les cellules et c’est à travers ce liquide que celles-ci obtiennent leurs nutriments et peuvent éliminer leurs déchets.

Cet exsudat est ensuite collecté dans les vaisseaux lymphatiques. La lymphe transportée dans ces vaisseaux a, à la fois, un rôle de collecteur des déchets cellulaires et de transporteur des acides gras en provenance de la digestion. La lymphe transporte également les vitamines liposolubles (A, D, E, K) ainsi que des hormones et ceci en plus des lymphocytes.

Nous pouvons ainsi comprendre qu’une lymphe surchargée en déchets perdra de son efficacité à transporter et délivrer des nutriments pourtant essentiels à l’ensemble de vos cellules et organes.

Dans sa fonction immunitaire, la lymphe est purifiée sur tout son trajet grâce aux ganglions lymphatiques. Ces derniers servent à la fois de réservoir de lymphocytes et de lieu de destruction par phagocytose des agents pathogènes tels que les bactéries et les virus.

C’est pour cette raison qu’en cas d’infection, les ganglions gonflent. Les organes sentinelles sont alors en pleine action de mobilisation et de destruction des microbes.

Ainsi, la lymphe, son réseau et ses organes sont en première ligne du système immunitaire.

Mais ce système occupe bien d’autres fonctions encore, comme celles de contrôler le volume et la pression du liquide interstitiel, de contrôler du liquide interstitiel, de contrôler la concentration de protéines et de maintenir l’équilibre de l’osmolarité (concentration des particules).

La lymphe, une grande oubliée

La lymphe, la grande purificatrice

Environ 75 % des déchets produits par les cellules se retrouvent directement dans la lymphe qui ainsi draine nos organes et plus particulièrement les intestins et les poumons. Les vaisseaux lymphatiques secondent les capillaires sanguins dans le transport des déchets. Ils jouent un rôle capital dans la détoxication de l’organisme.

L’ensemble du système lymphatique rejoint la circulation sanguine dans le conduit thoracique au niveau de la veine sous-clavière gauche, juste avant le cœur.

C’est à cette jonction que la lymphe délivre les acides gras collectés au niveau de l’intestin ainsi que ses déchets qui repartent ensuite dans la circulation sanguine.

Le sang sera alors épuré par les deux grands organes purificateurs que sont le foie et les reins. Les déchets hépatiques seront transportés par la bile et déversés dans le gros intestin puis éliminés par voie rectale.

La lymphe, une grande oubliée

 

La vision des anciens par rapport à la lymphe

Héritier des travaux de Pythagore, un grand précurseur de l’hygiène de vie, Hippocrate affirmait :

« L’essence de toutes les maladies est une imperfection de nos humeurs ».

Ainsi, le grand médecin de Cos proposait comme première action thérapeutique de favoriser une évacuation spontanée ou provoquée des déchets.

Les naturopathes ont hérité de cette sagesse ancestrale en préconisant toujours la détoxification ou le nettoyage de l’organisme comme priorité.

Cette approche de médecine de terrain fut poursuivie par Gallien, qui assurait que la santé est un équilibre des humeurs, puis par le médecin suisse et alchimiste Paracelse et enfin, au début du XXème siècle, par le médecin français Paul Carton.

La lymphe, une grande oubliée

 

L’alimentation hypotoxique

« Que ton aliment soit ta première médecine ! » enseignait Hippocrate. Il utilisait des traitements médicaux essentiellement à base de plantes, en ayant pris les précautions préalables d’agir sur les humeurs et l’alimentation. Aujourd’hui c’est ce que nous pourrions appeler la médecine causaliste qui s’adresse à l’origine des maladies plutôt qu’à ses symptômes.

Des travaux de recherche scientifiques démontrent aujourd’hui que moins l’organisme est intoxiqué et encrassé, mieux le système immunitaire jouera son rôle de protection tout en limitant les réactions inflammatoires pathogènes. La clé de compréhension est la lymphe.

La lymphe, une grande oubliée

 

L’activité physique, indispensable pour mobiliser la circulation de la lymphe

C’est essentiellement la contraction des muscles qui assure la propulsion de la lymphe ainsi que la contraction des fibres lisses des parois des vaisseaux lymphatiques. L’activité physique reste donc indispensable pour favoriser la circulation de la lymphe :

  • Renforcement musculaire (musculation)
  • Activité cardiovasculaire (endurance fondamentale)
  • La respiration joue également un rôle important dans l’activation de sa circulation. Ainsi, des respirations ventrales profondes mobilisant le diaphragme, telles que celles pratiquées en yoga, en sophrologie, en relaxation ou en chant classique, agissent dans ce sens.

La lymphe, une grande oubliée

 

Le jeûne, le grand nettoyeur de l’organisme et de la lymphe

Cette pratique multimillénaire a pour objectif d’offrir un temps de repos aux organes de la digestion. Elle permet une évacuation massive des déchets accumulés dans le corps. Ainsi, lorsque celui-ci n’a plus rien à assimiler, il peut optimiser son travail de détoxification et brûler les réserves adipeuses où sont stockés les déchets les plus toxiques.

En conséquence, la pratique du jeûne est l’outil le plus puissant pour purifier les humeurs et ainsi alléger le travail de collecte des déchets de la lymphe.

 

Le jeûne séquentiel est un bon moyen de démarrer cette expérience.

 

La lymphe, une grande oubliée

 

La place des plantes pour purifier l’organisme et la lymphe

De tout temps les plantes ont également été utilisées pour soutenir l’action des organes de détoxification (foie, reins, intestins, poumons, peau) et ainsi faciliter l’évacuation des déchets :

  • La piloselle
  • Le mélilot
  • La reine des prés
  • Le pissenlit

La lymphe, une grande oubliée

 

Il faut retenir que l’essentiel restera toujours dans la qualité de l’hygiène de vie avec, en particulier, le choix d’une alimentation santé, une activité physique régulière et adaptée ainsi que d’offrir à l’organisme des opportunités de se détoxiquer à travers les différentes formes de diètes et jeûnes.